Truc quinoa-kasha

Mon dernier article remonte à quelques mois. Qu’est-ce que je faisait pendant ce temps là ? Je testais les recettes de « Secrets d’endurance » des Berg* !

 

En moyenne, les gens font 3 recettes par livre de cuisine acheté… Mais comme le livre m’a été prêté, je me suis efforcée de faire le maximum de recettes assez vite (j’ai quand même gardé le livre longtemps… merci aux prêteurs pour leur patience !). Je les trouve presque toutes délicieuses !

A noter en particulier le surprenant gâteau banane/haricots blanc, les « lunes » pruneaux chocolat et… l’Ultratrail alpin : une recette très simple à base de kasha (sarrasin grillé) ni cuit, ni mixé, ni même germé. Au début, dubitative, je n’ai fait que la moitié des proportions. Mais finalement c’est très bon ! Un goût et une texture inhabituelle : à la fois fondant et croustillant.
Très simple et rapide à faire (la veille), on peut varier les ingrédients pour varier les goûts. Je vous présente une version miel/sésame noir : 2 goûts que j’adore mélanger.

Ingrédients :
– 2 c.s. de miel
– 2 c.s. de purée de sésame noir
– 30g de kasha
– 10g de quinoa soufflé

La recette

022_kasha-quinoa1

Mélanger le kasha et le quinoa soufflé. Mettre du papier sulfurisé dans un petit moule (environ 10×10 cm) de façon à ce qu’il tapisse le fond et qu’il puisse recouvrir la préparation.

 

Dans une casserole, chauffer doucement le miel et la purée de sésame pour les faire fondre.

022_kasha-quinoa2

Hors du feu, ajouter le quinoa et le kasha. Mélanger rapidement.

Verser la préparation dans le moule. Recouvrir de papier sulfurisé et presser le tout. Laisser refroidir puis mettre au frigo une nuit.

Vous pouvez éventuellement couper des petits bouts de cette barre à emballer individuellement mais une grande barre où tout le monde se sert, ça fonctionne aussi.

 

Bon ap’

 

 

* et mon déshydrateur tout neuf, je vous en reparle bientôt !

Publicités

Biscuits au pois chiche

Il y a quelques temps je vous avais parlé des biscuits à la farine de pois chiche mais vous n’avez toujours pas eu la recette! Maintenant que je la maîtrise bien, la voici. C’est une recette simple et nourrissante, très pratique a manger : bref un idéal de pique-nique.

Biscuits à la farine de pois Chiche

Ingrédients
– 100g de farine de pois chiches
– 50g de fécule de maïs (ou autre fécule)
– 1/2 c. à café de levure
– 1/2 c. à café de piment doux
– 1/2 c. à café de piment d’espelette
– 1 c. à café d’herbes de Provence
– 1 oeuf
– 4 c. à soupe d’huile d’olive
– 1 c. à soupe de purée d’amandes complète
– 50 g d’olives

021_bsct-poischiche1Dans un bol, Mélanger la farine la levure et la fécule ainsi que le sel, le poivre et les épices.

021_bsct-poischiche2

Ajouter l’oeuf puis l’huile et la purée d’amande. Mélanger pour obtenir une pâte à la consistance de pâte à modeler.

021_bsct-poischiche3
Hacher grossièrement les olives et les mélanger à la patte en la petrissant.
Etaler sur une plaque de four chemisée et couper en rectangles (ou autres formes) avec le dos de la lame d’un couteau.

021_bsct-poischiche4

Enfourner 20 minutes à 200°.

Laisser refroidir sur une grille et conserver dans une petite boîte en métal.

Bon ap’

Onigiris au maquereau

Voici enfin une nouvelle recette. Je l’avais commencé au coeur de l’été mais la fin d’été et le début de l’automne sont pour moi des périodes très agitées. Le calme revenu, c’est le moment d’aller se promener dans les forêts qui commencent à prendre leurs couleurs dorées.

Encore un plat japonnais ! Mais celui est un incontournable : c’est le pique-nique de base au Japon. Rond ou triangulaire, c’est une boule de riz fourrée au saumon, au thon, à l’umebosis… ou a n’importe quoi d’autre. Là on commence simplement avec un ingrédient sorti du fond du placard : du maquereau en boîte. D’autres garnitures viendront surement !

Même problématique que les sushis : normalement ça se fait à la main mais… il faut un sacré coup de main ! Du coup on triche un peu, soit avec un moule fait exprès que l’on trouve dans la plus part des magasins asiatiques, soit avec 2 petits pots qui s’emboîtent (j’utilise des pots de tarama).

Onigiris au maquereau

Ingrédients :
– 125 g de riz à sushi
– 1 c. à café de vinaigre de cidre
– 1 c. à soupe de sauce soja
– 1 c. à café rase de sucre
– 30 g de sésame blond et noir
– 1 boîte de vos maquereaux préférés (la moutarde fait généralement l’unanimité)
– des feuilles de nori

mode opératoire

Quelques heures avant, cuire le riz façon sushi : laver le riz, l’égoutter. Le mettre dans une casserole et ajouter l’eau jusqu’à environ 1cm au dessus du niveau du riz. Cuire à couvert 5 min puis 12 min à découvert à feu très doux.

020_onigri1

Pendant la cuisson, faites dorer le sésame (à la poêle ou au four si il est allumé).

020_onigri2

Lorsque le riz est cuit, ajouter le vinaigre, le sucre, la sauce soja et le sésame toasté, mélanger. Laissez refroidir.

Confection des onigris

Ouvrez la boîte de maquereau.

Disposez un morceau de film alimentaire (assez grand pour emballer tout l’onigiri) dans la partie inférieure de votre moule (le pot n°1). Mettre un peu de sel. Mouillez-vous les mains et placez du riz dans le moule de façon à recouvrir le fond et les bords. Posez 1 ou 2 morceaux de maquereau dans le creux. Recouvrir de riz et refermer le film alimentaire sur l’ensemble. A ce stade l’onigiri est moitié plus grand que sa taille finale. Fermez votre moule ou placer le 2e pot dans le premier et tassez bien : plus vous tassez, plus c’est solide.

020_onigri3

Démoulez l’onigiri. Puis recommencez pour faire tous les onigiris.

Découper des morceaux d’algue nori que vous placerez sur les onigiri au moment de les manger (pas avant sinon ça ramolli): ils serviront à tenir l’onigiri pour le manger sans se salir les mains (et puis ça relève le goût).

020_onigri4

Bon ap’

Petits flans à la ratatouille

Déjà quelque temps que la recette est prête mais j’avais mis de côté les dessins et puis nous voilà début août, à la veille de partir en vacances et la recette toujours pas en ligne ! C’est donc entre 2 t-shirts dans la valise que je poste cette recette, encore de saison pour 1 ou 2 mois.

Une recette estivale donc, facile à faire, pratique à manger… Dont la qualité dépend de la ratatouille de départ ! Je ne suis pas très précise sur les épices car d’une part c’est au goût de chacun et d’autre ça dépend de ce que vous avez dans vos placard : un mélange d’épices indiens est parfait pour cette recette mais ne vous embêtez pas a en acheter exprès alors que des herbes de Provence et du piment fonctionnent aussi !

Ingrédients
– 1 bol à thé de ratatouille maison
– 3 œufs
– 3 c. à soupe bombées de flocons de quinoa
– 3 c. à soupe rases de farine de riz
– 5 ml de lait végétal ou non
– 1/2 c. café de miso (peut être remplacé par du sel ou du tamari)
– poivre, thym, piment d’espelette, huile d’olive, vegetable massala… à ajuster en fonction de la ratatouille de base

Mode opératoire

019_flan-ratatouille1Tout d’abord faire une bonne ratatouille maison. Je n’oserai vous donner une recette en particulier, demandez plutôt à votre grand-mère ou à votre cousine du sud… Mais je vous dit juste : n’hésitez pas sur les épices !

019_flan-ratatouille3Dans un saladier, mélangez la ratatouille, les œufs, le quinoa, la farine et délayez avec un peu de lait.

019_flan-ratatouille2Ajoutez ensuite le miso et si la ratatouille n’est pas trop grasse, une ou 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Ensuite assaisonnez avec les épices qui vous conviennent.

Répartir dans une douzaine de moules à petits muffins et enfournez à four chaud 20 à 25 minutes à 210°C.

Lorsqu’ils ont refroidi, démouler les flans. Ils se transportent dans une boîte en plastique.

Bon ap’

Menu du jour : onigri

Hey ça faisait un bail ! Nous revoilà avec un pique-nique bien garnit pour une petite balade en Chartreuse :

019_mdj_onigri

Les onigri vous connaissez ? Ce sont les « sandwichs japonais », des boules de riz (enfin souvent c’est plutôt des triangles) garnies que l’on mange enveloppé dans un feuille d’algue nori. Ceux-ci sont à la sardine. J’ai prévu de vous donner la recette mais il faut que je peaufine encore un peu.

Dans les papillotes, ce sont des « goûter au maïs » du livre des Berg « Du bonheur en barre » : farine de maïs + figues + fleur d’oranger, très simple à faire mais un peu bourratif.

Les plus : très bon et varié, bien pour partager. Ça c’est très bien complété avec les pique-niques des autres. Les onigris c’est très bien en pique-nique.
Les moins : comme souvent je me suis un peu emportée : il y avait un peu trop de trucs, j’en ai ramené pas mal ! Recette des onigris et des papillotes à peaufiner.

Menu du jour : Biscuit de pois-chiche

Je vous souhaite d’abord une très belle année 2013 pleine d’excellents repas au sommet ! Et puis je me souhaite un bon anniversaire parce que le blog à 1 an !

Voilà les congratulations faites, la saison neigeuse à repris et voici un nouveau « menu du jour ». Je traine pas mal sur les blog culinaire et j’ai un peu honte de vous présenter d’aussi moches photos… Mais plutôt que d’attendre une semaine de plus pour la reproduire en dessin, tant pis, je la poste quand même et je vous promet de faire mieux dés que j’ai un nouvel appareil.

Menu du 13/01/13

Je précise que c’est un menu prévu pour 2 personnes et un peu plus

Au menu aujourd’hui :
– carottes crues au citron
– œufs dur
– terrine de lièvre
– biscuits à la farine de pois-chiche et aux olives
– mélange apéritif aux fruits asiatiques
– mélange « de l’étudiant »
– galettes de riz au chocolat
ils n’apparaissent pas sur la photo mais il y avait également :
– des olives vertes
– une pomme
– des biscottes de sarrasin (pour le pâté)

Les plus :
menu assez varié… voir même un peu trop !
bien fait d’ajouter de olives à la dernière minute c’est frais et nourrissant.

Les moins :
J’ai voulu tester une variante de ma recette de biscuit aux pois-chiches et ben c’est bon, j’ai testé, la recette initiale est bien meilleure !
Les œufs dur non emballés c’est toujours un risque… Surtout quand on à une luge dans le sac à dos !

(Te)makisushi

Des sushis pour le pique-nique ? Oui ! C’est du riz tout emballé : pratique, nourrissant… Mais sans le poisson cru et on choisit ceux emballés dans une petite algue pour faciliter le transport. Bon je préviens tout de suite les puristes du sushi : ceci n’est pas du tout une recette traditionnelle authentique, c’est une version albertinisée avec les ingrédients de mon placard.

Vous n’êtes pas un maître sushi et la natte vous fait peur : ne vous inquiétez pas, ici c’est une recette facile ! En fait il y a 2 solutions pour parer au talent du grand maître sushi : soit utiliser un moule à sushi (moi j’ai celui-là, il est assez facile d’en trouver des comme ça dans les épiceries asiatiques) et faire des makis, soit mettre plus d’algue et faire des temakis.

Si on ne met pas de poisson, on met quoi ? Ce qu’on veut ! On s’amuse, on s’adapte aux saisons… Ici 2 idées de contenu automnales. Et on n’hésites pas à assaisonner directement lors de la confection afin d’éviter de se trimballer un pot de sauce en rando.

Maki-sushi au choux rouge et temaki-sushi à l’épinard

Ingrédients
125 g de riz pour sushi
– des algues nori (je vous déconseille les marques vendues en super-marché notamment celle dont l’emballage est noir et rose ; prenez-les plutôt en magasin bio, elles sont bien meilleures)
– 1 c. à soupe de vinaigre de cidre (ou de riz si vous voulez être plus « authentique »)
– 1 c. à café de sucre
– 1 c. à soupe de sauce soja

– un peu de chou rouge (ou blanc)
– une carotte
– un morceau de radis noir ou rose
– une pomme
– quelques feuilles d’épinard
– de la purée d’amande complète
– de quoi assaisonner (moutarde, wasabi, huile…)

Plusieurs heures à l’avance : la cuisson du riz
La cuisson que j’utilise est une version très simple qui jusqu’à maintenant fonctionne assez bien…

Laver le riz plusieurs fois dans l’eau froide. Bien l’égoutter. Le mettre dans une casserole avec de l’eau froide à hauteur + 1 cm environ. Cuire à couvert 5 min. à feu moyen puis 12 minutes à découvert à feu très doux. En fin de cuisson le riz doit avoir absorbé toute l’eau mais ne pas brûler au fond.
Ajouter une bonne cuillerée à soupe de vinaigre de cidre, une ou 2 de sauce soja et une cuillère à café de sucre, mélangez.

Laissez refroidir puis mettre au frigo : le riz se manipule mieux quand il est bien froid.

La confection
Couper le chou, la carotte, la pomme et le radis en bâtonnets d’environ 5 ou 7 mm d’épaisseur (longueur en fonction du légume). Laver les feuilles d’épinard.

Pour manipuler le riz, mouillez-vous les mains afin qu’il ne colle pas.

Makis au chou
Graissez légèrement le moule à sushi, mettre du riz dedans environ jusqu’à hauteur en creusant un sillon au milieu où vous déposez les ingrédients. Déposer des lanières de chou pour en avoir sur toute la longueur, puis de la même façon des bâtonnets de carotte et de pomme (éventuellement de radis si vous avez la place). Mettre un filet de sauce soja. Recouvrez de riz, fermer le moule et tasser.

Déposer une 1/2 algue nori (en fonction du moule, il en faudra peut-être une entière) sur le plan de travail. Mettre une petite bande de moutarde de votre choix sur toute la longueur de l’algue (moi j’ai mis de la moutarde aux morilles) ou un autre assaisonnement. Vider le rouleau de riz sur l’algue. Refermer l’algue en humidifiant le bord. Couper en tronçons.

Transporter dans une boîte en plastique léger.

Temakis aux épinards
Poser une 1/2 algue nori sur le plan de travail. Mettre un peu de wasabi sur l’algue (attention, ça pique !) ou un autre assaisonnement. Déposer en l’alignant à droite, un morceau de feuille d’épinard un peu moins long que la feuille de nori. Mettre du riz sur la moitié droite de l’algue (pas trop épais sinon vous aurez des difficultés à fermer). Puis en diagonale un ou 2 bâtonnets de pomme et de radis. Ajouter une cuillerée à café de purée d’amande complète le long des bâtonnets.

Roulez le temaki en forme de cône de la droite vers la gauche. Fermer en humidifiant le bord de l’algue sur 1cm de large.

Bon appétit !

Menu du jour : cake au butternut

Finalement l’automne n’est pas finit ! Une belle vélo-rando vers la dent du Chat avec une bonne partie dans la forêt tapissée de rouge, de orange et de brun. Le défit de ce pique-nique : sans sucre ! Ceci par solidarité pour ma co-randonneuse. Bon j’avais quand même quelques fruits secs dans mon mélange de graines…

Au menu aujourd’hui :
– 2 mini-cakes au butternut (recette à venir)
– des oeufs dur
– de la sauce picallily
– des galettes de sarrasin
– des olives
– du pâté végétal aux légumes
– du mélange de l’étudiant maison

Les plus :
– le cake étais pas mal du tout (recette inventée car je n’ai rien trouvé de bien)
– oeuf/picallily ça fonctionne pas mal

Les moins :
– il y en avait beaucoup trop !! Je suis revenue avec la moitié du pique-nique. Le froid m’a fait peur je crois… et l’absence de sucre aussi alors que ça passe très bien.

Chocolat chaud aux noisettes

Un des trucs qui me manque de l’époque où je consommait des produits laitiers c’est le chocolat chaud en rentrant de randonnée (surtout celui avec de la mousse de C). Le chocolat chaud avec du lait de riz c’est bon mais comme ça ne correspond pas au goût que j’attends d’un chocolat chaud, je n’ai jamais trop pratiqué…

Mais là en rentrant de ma première sortie dans la neige (oui la première neige est là !!!!), j’avais vraiment envie d’un réconfortant chocolat-chaud bien chaud. Ça tombe bien, j’ai acheté cette semaine, pour essayer, de la boisson au riz/noisette ! Et bien oui, c’est parfait pour un chocolat chaud !! Cette touche de noisette donne de l’épaisseur au lait de riz et ce petit goût subtil, un poil régressif qui naît de l’accord chocolat/noisette vous fait tout à fait oublier le lait de vache ! Et cela en toute légèreté bien sûr. Là c’est sûr, le chocolat de fin de rando est de retour ! Hummm

Bon mon chocolat manquait de mousse quand même… Il me la faut cette machine à mousse !

Menu du jour : galette de quinoa

Je ne me balade pas beaucoup ces temps-ci, mes chaussures s’ennuient un peu… C’est pourtant le bon moment pour profiter des belles couleurs de l’automne ! A défaut de marche, j’ai quand même pris mon vélo pour aller pédaler un peu . Et mon vélo et moi on a pris le train ce qui a occasionné un départ en grande précipitation (le train a la grande impolitesse de ne pas m’attendre quand je suis en retard)  : 15 minutes montre en main pour le pique-nique qui va suivre. Bon du coup il m’a fallu un tupperware et une fourchette… Je n’aime pas trop prendre ce genre de truc encombrant mais bon pas le temps de rectifier le tir.

Au menu :
– une galette de quinoa : 2 œufs, un reste de quinoa cuit, 1/2 yaourt de soja, du « curry with saffran », le tout cuit à la poêle et une tomate crue coupée en cubes (le top aurait été de la mettre dans la galette mais pas le temps)
– une tranche de jambon
– une pomme
– des galettes de riz au chocolat
– un « mélange de l’étudiant » maison

Les + :
– réalisé en 15 minutes !
– roborative la galette de quinoa

Les – :
– J’aurais dût mettre moins de quinoa pour que la galette se tienne (là elle s’est cassée en la retournant) : ça m’aurait évité le tupperware et la fourchette
– heureusement qu’il y avait les cubes de tomate car la galette était un peu étouffe-chrétien
– il manquait « un truc en plus » pour rendre le repas plus fun