Onigiris au maquereau

Voici enfin une nouvelle recette. Je l’avais commencé au coeur de l’été mais la fin d’été et le début de l’automne sont pour moi des périodes très agitées. Le calme revenu, c’est le moment d’aller se promener dans les forêts qui commencent à prendre leurs couleurs dorées.

Encore un plat japonnais ! Mais celui est un incontournable : c’est le pique-nique de base au Japon. Rond ou triangulaire, c’est une boule de riz fourrée au saumon, au thon, à l’umebosis… ou a n’importe quoi d’autre. Là on commence simplement avec un ingrédient sorti du fond du placard : du maquereau en boîte. D’autres garnitures viendront surement !

Même problématique que les sushis : normalement ça se fait à la main mais… il faut un sacré coup de main ! Du coup on triche un peu, soit avec un moule fait exprès que l’on trouve dans la plus part des magasins asiatiques, soit avec 2 petits pots qui s’emboîtent (j’utilise des pots de tarama).

Onigiris au maquereau

Ingrédients :
– 125 g de riz à sushi
– 1 c. à café de vinaigre de cidre
– 1 c. à soupe de sauce soja
– 1 c. à café rase de sucre
– 30 g de sésame blond et noir
– 1 boîte de vos maquereaux préférés (la moutarde fait généralement l’unanimité)
– des feuilles de nori

mode opératoire

Quelques heures avant, cuire le riz façon sushi : laver le riz, l’égoutter. Le mettre dans une casserole et ajouter l’eau jusqu’à environ 1cm au dessus du niveau du riz. Cuire à couvert 5 min puis 12 min à découvert à feu très doux.

020_onigri1

Pendant la cuisson, faites dorer le sésame (à la poêle ou au four si il est allumé).

020_onigri2

Lorsque le riz est cuit, ajouter le vinaigre, le sucre, la sauce soja et le sésame toasté, mélanger. Laissez refroidir.

Confection des onigris

Ouvrez la boîte de maquereau.

Disposez un morceau de film alimentaire (assez grand pour emballer tout l’onigiri) dans la partie inférieure de votre moule (le pot n°1). Mettre un peu de sel. Mouillez-vous les mains et placez du riz dans le moule de façon à recouvrir le fond et les bords. Posez 1 ou 2 morceaux de maquereau dans le creux. Recouvrir de riz et refermer le film alimentaire sur l’ensemble. A ce stade l’onigiri est moitié plus grand que sa taille finale. Fermez votre moule ou placer le 2e pot dans le premier et tassez bien : plus vous tassez, plus c’est solide.

020_onigri3

Démoulez l’onigiri. Puis recommencez pour faire tous les onigiris.

Découper des morceaux d’algue nori que vous placerez sur les onigiri au moment de les manger (pas avant sinon ça ramolli): ils serviront à tenir l’onigiri pour le manger sans se salir les mains (et puis ça relève le goût).

020_onigri4

Bon ap’

Menu du jour : onigri

Hey ça faisait un bail ! Nous revoilà avec un pique-nique bien garnit pour une petite balade en Chartreuse :

019_mdj_onigri

Les onigri vous connaissez ? Ce sont les « sandwichs japonais », des boules de riz (enfin souvent c’est plutôt des triangles) garnies que l’on mange enveloppé dans un feuille d’algue nori. Ceux-ci sont à la sardine. J’ai prévu de vous donner la recette mais il faut que je peaufine encore un peu.

Dans les papillotes, ce sont des « goûter au maïs » du livre des Berg « Du bonheur en barre » : farine de maïs + figues + fleur d’oranger, très simple à faire mais un peu bourratif.

Les plus : très bon et varié, bien pour partager. Ça c’est très bien complété avec les pique-niques des autres. Les onigris c’est très bien en pique-nique.
Les moins : comme souvent je me suis un peu emportée : il y avait un peu trop de trucs, j’en ai ramené pas mal ! Recette des onigris et des papillotes à peaufiner.

(Te)makisushi

Des sushis pour le pique-nique ? Oui ! C’est du riz tout emballé : pratique, nourrissant… Mais sans le poisson cru et on choisit ceux emballés dans une petite algue pour faciliter le transport. Bon je préviens tout de suite les puristes du sushi : ceci n’est pas du tout une recette traditionnelle authentique, c’est une version albertinisée avec les ingrédients de mon placard.

Vous n’êtes pas un maître sushi et la natte vous fait peur : ne vous inquiétez pas, ici c’est une recette facile ! En fait il y a 2 solutions pour parer au talent du grand maître sushi : soit utiliser un moule à sushi (moi j’ai celui-là, il est assez facile d’en trouver des comme ça dans les épiceries asiatiques) et faire des makis, soit mettre plus d’algue et faire des temakis.

Si on ne met pas de poisson, on met quoi ? Ce qu’on veut ! On s’amuse, on s’adapte aux saisons… Ici 2 idées de contenu automnales. Et on n’hésites pas à assaisonner directement lors de la confection afin d’éviter de se trimballer un pot de sauce en rando.

Maki-sushi au choux rouge et temaki-sushi à l’épinard

Ingrédients
125 g de riz pour sushi
– des algues nori (je vous déconseille les marques vendues en super-marché notamment celle dont l’emballage est noir et rose ; prenez-les plutôt en magasin bio, elles sont bien meilleures)
– 1 c. à soupe de vinaigre de cidre (ou de riz si vous voulez être plus « authentique »)
– 1 c. à café de sucre
– 1 c. à soupe de sauce soja

– un peu de chou rouge (ou blanc)
– une carotte
– un morceau de radis noir ou rose
– une pomme
– quelques feuilles d’épinard
– de la purée d’amande complète
– de quoi assaisonner (moutarde, wasabi, huile…)

Plusieurs heures à l’avance : la cuisson du riz
La cuisson que j’utilise est une version très simple qui jusqu’à maintenant fonctionne assez bien…

Laver le riz plusieurs fois dans l’eau froide. Bien l’égoutter. Le mettre dans une casserole avec de l’eau froide à hauteur + 1 cm environ. Cuire à couvert 5 min. à feu moyen puis 12 minutes à découvert à feu très doux. En fin de cuisson le riz doit avoir absorbé toute l’eau mais ne pas brûler au fond.
Ajouter une bonne cuillerée à soupe de vinaigre de cidre, une ou 2 de sauce soja et une cuillère à café de sucre, mélangez.

Laissez refroidir puis mettre au frigo : le riz se manipule mieux quand il est bien froid.

La confection
Couper le chou, la carotte, la pomme et le radis en bâtonnets d’environ 5 ou 7 mm d’épaisseur (longueur en fonction du légume). Laver les feuilles d’épinard.

Pour manipuler le riz, mouillez-vous les mains afin qu’il ne colle pas.

Makis au chou
Graissez légèrement le moule à sushi, mettre du riz dedans environ jusqu’à hauteur en creusant un sillon au milieu où vous déposez les ingrédients. Déposer des lanières de chou pour en avoir sur toute la longueur, puis de la même façon des bâtonnets de carotte et de pomme (éventuellement de radis si vous avez la place). Mettre un filet de sauce soja. Recouvrez de riz, fermer le moule et tasser.

Déposer une 1/2 algue nori (en fonction du moule, il en faudra peut-être une entière) sur le plan de travail. Mettre une petite bande de moutarde de votre choix sur toute la longueur de l’algue (moi j’ai mis de la moutarde aux morilles) ou un autre assaisonnement. Vider le rouleau de riz sur l’algue. Refermer l’algue en humidifiant le bord. Couper en tronçons.

Transporter dans une boîte en plastique léger.

Temakis aux épinards
Poser une 1/2 algue nori sur le plan de travail. Mettre un peu de wasabi sur l’algue (attention, ça pique !) ou un autre assaisonnement. Déposer en l’alignant à droite, un morceau de feuille d’épinard un peu moins long que la feuille de nori. Mettre du riz sur la moitié droite de l’algue (pas trop épais sinon vous aurez des difficultés à fermer). Puis en diagonale un ou 2 bâtonnets de pomme et de radis. Ajouter une cuillerée à café de purée d’amande complète le long des bâtonnets.

Roulez le temaki en forme de cône de la droite vers la gauche. Fermer en humidifiant le bord de l’algue sur 1cm de large.

Bon appétit !