Biscuits au pois chiche

Il y a quelques temps je vous avais parlé des biscuits à la farine de pois chiche mais vous n’avez toujours pas eu la recette! Maintenant que je la maîtrise bien, la voici. C’est une recette simple et nourrissante, très pratique a manger : bref un idéal de pique-nique.

Biscuits à la farine de pois Chiche

Ingrédients
– 100g de farine de pois chiches
– 50g de fécule de maïs (ou autre fécule)
– 1/2 c. à café de levure
– 1/2 c. à café de piment doux
– 1/2 c. à café de piment d’espelette
– 1 c. à café d’herbes de Provence
– 1 oeuf
– 4 c. à soupe d’huile d’olive
– 1 c. à soupe de purée d’amandes complète
– 50 g d’olives

021_bsct-poischiche1Dans un bol, Mélanger la farine la levure et la fécule ainsi que le sel, le poivre et les épices.

021_bsct-poischiche2

Ajouter l’oeuf puis l’huile et la purée d’amande. Mélanger pour obtenir une pâte à la consistance de pâte à modeler.

021_bsct-poischiche3
Hacher grossièrement les olives et les mélanger à la patte en la petrissant.
Etaler sur une plaque de four chemisée et couper en rectangles (ou autres formes) avec le dos de la lame d’un couteau.

021_bsct-poischiche4

Enfourner 20 minutes à 200°.

Laisser refroidir sur une grille et conserver dans une petite boîte en métal.

Bon ap’

Onigiris au maquereau

Voici enfin une nouvelle recette. Je l’avais commencé au coeur de l’été mais la fin d’été et le début de l’automne sont pour moi des périodes très agitées. Le calme revenu, c’est le moment d’aller se promener dans les forêts qui commencent à prendre leurs couleurs dorées.

Encore un plat japonnais ! Mais celui est un incontournable : c’est le pique-nique de base au Japon. Rond ou triangulaire, c’est une boule de riz fourrée au saumon, au thon, à l’umebosis… ou a n’importe quoi d’autre. Là on commence simplement avec un ingrédient sorti du fond du placard : du maquereau en boîte. D’autres garnitures viendront surement !

Même problématique que les sushis : normalement ça se fait à la main mais… il faut un sacré coup de main ! Du coup on triche un peu, soit avec un moule fait exprès que l’on trouve dans la plus part des magasins asiatiques, soit avec 2 petits pots qui s’emboîtent (j’utilise des pots de tarama).

Onigiris au maquereau

Ingrédients :
– 125 g de riz à sushi
– 1 c. à café de vinaigre de cidre
– 1 c. à soupe de sauce soja
– 1 c. à café rase de sucre
– 30 g de sésame blond et noir
– 1 boîte de vos maquereaux préférés (la moutarde fait généralement l’unanimité)
– des feuilles de nori

mode opératoire

Quelques heures avant, cuire le riz façon sushi : laver le riz, l’égoutter. Le mettre dans une casserole et ajouter l’eau jusqu’à environ 1cm au dessus du niveau du riz. Cuire à couvert 5 min puis 12 min à découvert à feu très doux.

020_onigri1

Pendant la cuisson, faites dorer le sésame (à la poêle ou au four si il est allumé).

020_onigri2

Lorsque le riz est cuit, ajouter le vinaigre, le sucre, la sauce soja et le sésame toasté, mélanger. Laissez refroidir.

Confection des onigris

Ouvrez la boîte de maquereau.

Disposez un morceau de film alimentaire (assez grand pour emballer tout l’onigiri) dans la partie inférieure de votre moule (le pot n°1). Mettre un peu de sel. Mouillez-vous les mains et placez du riz dans le moule de façon à recouvrir le fond et les bords. Posez 1 ou 2 morceaux de maquereau dans le creux. Recouvrir de riz et refermer le film alimentaire sur l’ensemble. A ce stade l’onigiri est moitié plus grand que sa taille finale. Fermez votre moule ou placer le 2e pot dans le premier et tassez bien : plus vous tassez, plus c’est solide.

020_onigri3

Démoulez l’onigiri. Puis recommencez pour faire tous les onigiris.

Découper des morceaux d’algue nori que vous placerez sur les onigiri au moment de les manger (pas avant sinon ça ramolli): ils serviront à tenir l’onigiri pour le manger sans se salir les mains (et puis ça relève le goût).

020_onigri4

Bon ap’

Petits flans à la ratatouille

Déjà quelque temps que la recette est prête mais j’avais mis de côté les dessins et puis nous voilà début août, à la veille de partir en vacances et la recette toujours pas en ligne ! C’est donc entre 2 t-shirts dans la valise que je poste cette recette, encore de saison pour 1 ou 2 mois.

Une recette estivale donc, facile à faire, pratique à manger… Dont la qualité dépend de la ratatouille de départ ! Je ne suis pas très précise sur les épices car d’une part c’est au goût de chacun et d’autre ça dépend de ce que vous avez dans vos placard : un mélange d’épices indiens est parfait pour cette recette mais ne vous embêtez pas a en acheter exprès alors que des herbes de Provence et du piment fonctionnent aussi !

Ingrédients
– 1 bol à thé de ratatouille maison
– 3 œufs
– 3 c. à soupe bombées de flocons de quinoa
– 3 c. à soupe rases de farine de riz
– 5 ml de lait végétal ou non
– 1/2 c. café de miso (peut être remplacé par du sel ou du tamari)
– poivre, thym, piment d’espelette, huile d’olive, vegetable massala… à ajuster en fonction de la ratatouille de base

Mode opératoire

019_flan-ratatouille1Tout d’abord faire une bonne ratatouille maison. Je n’oserai vous donner une recette en particulier, demandez plutôt à votre grand-mère ou à votre cousine du sud… Mais je vous dit juste : n’hésitez pas sur les épices !

019_flan-ratatouille3Dans un saladier, mélangez la ratatouille, les œufs, le quinoa, la farine et délayez avec un peu de lait.

019_flan-ratatouille2Ajoutez ensuite le miso et si la ratatouille n’est pas trop grasse, une ou 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Ensuite assaisonnez avec les épices qui vous conviennent.

Répartir dans une douzaine de moules à petits muffins et enfournez à four chaud 20 à 25 minutes à 210°C.

Lorsqu’ils ont refroidi, démouler les flans. Ils se transportent dans une boîte en plastique.

Bon ap’

Au poivre

Bon je vais pas vous faire un baratin sur la météo, on a même plus envie d’en entendre parler, mais disons simplement que les pique-niques se font rares. De plus, il n’y a plus rien à manger qui soit de saison du coup je n’ai pas envie de cuisiner.

Alors pour être parée en cas de rayon de soleil, je mise sur le tout prêt comme par exemple : le saucisson. J’aime beaucoup celui au poivre.

018_saucissonLe saucisson au poivre met toujours face à un dilemme : on mange la peau ou pas ? Grave question : si on ne la mange pas, à quoi ça sert d’avoir pris le goût poivre ! Et si on la mange ça pique trop et on a plus le goût du saucisson. En plus sur certain, la peau (entre le saucisson et le poivre) n’est pas bonne et a une texture désagréable… Une solution est de retirer la peau, d’en prendre quelques grains et le les posés sur la tranche.

Voilà, c’est tout ce que j’ai à dire sur le sujet… Sinon j’attends le printemps pour vous donner une recette de rouleaux de printemps.

Bon ap’

(Te)makisushi

Des sushis pour le pique-nique ? Oui ! C’est du riz tout emballé : pratique, nourrissant… Mais sans le poisson cru et on choisit ceux emballés dans une petite algue pour faciliter le transport. Bon je préviens tout de suite les puristes du sushi : ceci n’est pas du tout une recette traditionnelle authentique, c’est une version albertinisée avec les ingrédients de mon placard.

Vous n’êtes pas un maître sushi et la natte vous fait peur : ne vous inquiétez pas, ici c’est une recette facile ! En fait il y a 2 solutions pour parer au talent du grand maître sushi : soit utiliser un moule à sushi (moi j’ai celui-là, il est assez facile d’en trouver des comme ça dans les épiceries asiatiques) et faire des makis, soit mettre plus d’algue et faire des temakis.

Si on ne met pas de poisson, on met quoi ? Ce qu’on veut ! On s’amuse, on s’adapte aux saisons… Ici 2 idées de contenu automnales. Et on n’hésites pas à assaisonner directement lors de la confection afin d’éviter de se trimballer un pot de sauce en rando.

Maki-sushi au choux rouge et temaki-sushi à l’épinard

Ingrédients
125 g de riz pour sushi
– des algues nori (je vous déconseille les marques vendues en super-marché notamment celle dont l’emballage est noir et rose ; prenez-les plutôt en magasin bio, elles sont bien meilleures)
– 1 c. à soupe de vinaigre de cidre (ou de riz si vous voulez être plus « authentique »)
– 1 c. à café de sucre
– 1 c. à soupe de sauce soja

– un peu de chou rouge (ou blanc)
– une carotte
– un morceau de radis noir ou rose
– une pomme
– quelques feuilles d’épinard
– de la purée d’amande complète
– de quoi assaisonner (moutarde, wasabi, huile…)

Plusieurs heures à l’avance : la cuisson du riz
La cuisson que j’utilise est une version très simple qui jusqu’à maintenant fonctionne assez bien…

Laver le riz plusieurs fois dans l’eau froide. Bien l’égoutter. Le mettre dans une casserole avec de l’eau froide à hauteur + 1 cm environ. Cuire à couvert 5 min. à feu moyen puis 12 minutes à découvert à feu très doux. En fin de cuisson le riz doit avoir absorbé toute l’eau mais ne pas brûler au fond.
Ajouter une bonne cuillerée à soupe de vinaigre de cidre, une ou 2 de sauce soja et une cuillère à café de sucre, mélangez.

Laissez refroidir puis mettre au frigo : le riz se manipule mieux quand il est bien froid.

La confection
Couper le chou, la carotte, la pomme et le radis en bâtonnets d’environ 5 ou 7 mm d’épaisseur (longueur en fonction du légume). Laver les feuilles d’épinard.

Pour manipuler le riz, mouillez-vous les mains afin qu’il ne colle pas.

Makis au chou
Graissez légèrement le moule à sushi, mettre du riz dedans environ jusqu’à hauteur en creusant un sillon au milieu où vous déposez les ingrédients. Déposer des lanières de chou pour en avoir sur toute la longueur, puis de la même façon des bâtonnets de carotte et de pomme (éventuellement de radis si vous avez la place). Mettre un filet de sauce soja. Recouvrez de riz, fermer le moule et tasser.

Déposer une 1/2 algue nori (en fonction du moule, il en faudra peut-être une entière) sur le plan de travail. Mettre une petite bande de moutarde de votre choix sur toute la longueur de l’algue (moi j’ai mis de la moutarde aux morilles) ou un autre assaisonnement. Vider le rouleau de riz sur l’algue. Refermer l’algue en humidifiant le bord. Couper en tronçons.

Transporter dans une boîte en plastique léger.

Temakis aux épinards
Poser une 1/2 algue nori sur le plan de travail. Mettre un peu de wasabi sur l’algue (attention, ça pique !) ou un autre assaisonnement. Déposer en l’alignant à droite, un morceau de feuille d’épinard un peu moins long que la feuille de nori. Mettre du riz sur la moitié droite de l’algue (pas trop épais sinon vous aurez des difficultés à fermer). Puis en diagonale un ou 2 bâtonnets de pomme et de radis. Ajouter une cuillerée à café de purée d’amande complète le long des bâtonnets.

Roulez le temaki en forme de cône de la droite vers la gauche. Fermer en humidifiant le bord de l’algue sur 1cm de large.

Bon appétit !

Galettes et crêpes

Je ne consomme pas de pain et les galettes de riz c’est quand même pas très nourrissant et un peu limité. Heureusement j’ai trouvé une très bonne alternative pour les pique-niques : les galettes bretonnes ! C’est bon, nourrissant, ça ne prend pas de place, ça se congèle/décongèle très bien, c’est facile à préparer… On peu tartiner n’importe quoi dessus et même faire des warps. La base idéale pour un pique-nique !

Je cuit ces galettes/crêpes au crêpe party, c’est rapide et le petit format me va bien. J’en fait d’avance puis je les congèles : je les empiles intercalées avec une feuille de papier cuisson et le tout dans un sac refermable. Pour les décongeler, je sort la veille la quantité nécessaire mais si je n’ai pas le temps et qu’il fait suffisamment chaud, le temps de la balade peu suffire à les décongeler (on peut garder les papiers intercalaires pour les réutiliser la fois suivante).

Les galettes bretonnes
– 250 g de farine de sarrasin
– 700 ml d’eau
– une pincée de sel
– un peu d’huile

> j’ai fait des essais de modification d’ingrédients mais décidément, le plus simple c’est le mieux !

Dans un saladier, mettre la farine et le sel, faire un puits et verser l’eau petit à petit en remuant + l’huile. Pas la peine de laisser reposer mais par contre il faut battre assez longtemps.

Cuire comme des crêpes.

Les galettes de maïs

Bon là normalement je devais vous écrire ma recette de galettes de maïs mais il y a eu un hic : j’ai fait plusieurs fois la recette au pif et ça a fonctionné, là je la refait en mesurant les proportions et ça loupe 😦 Je fait de nouveaux essais et je vous informe des résultats !

Si toi aussi tu veux faire des expérimentations, il faut mettre de la farine de maïs, un œuf, du sel et de l’eau pour obtenir une consistance de pâte à crêpe, je ne peu pas être plus précise pour le moment.

D’autres recettes un peu plus dessert :

Crêpes à la farine de riz
– 90g de farine de riz
– 1 œuf
– 200 ml de lait de riz
– un peu d’huile

Dans un saladier, mettre la farine, faire un puits, casser l’œuf dedans et verser le lait petit à petit en remuant + l’huile.

2 recettes délicieuses mais contenant du gluten et du lait : syrnikis et pancakes à l’avoine.

Gâteau de crêpes

Aujourd’hui, un pique-nique qui à du style : le gâteau de crêpes. C’est joli, ça à un air sophistiqué, mais pour peu que vous ayez fait une crêpe party la veille et que vous ayez une pâte à tartiner aux légumes sous la main, c’est fait en 3 minutes !

Ingrédients :
– 6 mini-crêpes (format crêpe party, sinon des quarts de crêpe normale)*
– 2 c. à soupe de pâte à tartiner aux légumes par exemple à la carotte**
– 2 c. à soupe de fromage frais de chèvre
– 1 (petite) c. à café de miso

Empilez le tout comme ça :

Emballez dans du film alimentaire, pressez avec la main et mettre au frais quelques heures.

Lorsque vous le déballerez fièrement au moment de le manger, coupez en part : c’est plus pratique à manger et c’est très joli !

Bon ap’

* chacun a sa recette de crêpes parfaite, la mienne : pour 1 oeuf, 100g de farine, 200 ml de lait, un filet d’huile et une bonne rasade de bière si j’en ai sous la main. En version sans lait sans gluten remplacer par 90g de farine de riz et 200 ml de lait de riz.

** c’est vrai que ne vous ai pas encore vraiment présenté « Mes pâtes à tartiner sucrées et salées » de Cléa… En attendant des recettes ici : http://www.cleacuisine.fr/category/tartinades/ ou sinon mixer une carotte, 2 cuillères à soupe de graines de courge toastées, 2 cuillères à soupe de faisselle de chèvre (ou fromage frais + yaourt), sel, ail et paprika

Légumes à tartiner

Aujourd’hui on ne cuisine pas parce qu’on est des feignasses, on profite de ce qu’on peu trouver de bon chez le marchand : on prend dans notre sac un pot de pâte à tartiner de légumes. On a pas toujours le temps, les ingrédients etc. du coup avoir toujours dans son placard une conserve prête à emporter, c’est bien pratique. On peu bien sûr prendre un pot de rillettes ou de pâté de canard mais si on veut du plus frais il y a les conserves de légumes. Le rayon pâté végétaux des magasins bio est souvent assez garni mais pas toujours facile de trouver quelque chose de gustativement intéressant.

Il y a quelque temps, je suis tombée (aille) sur la marque de pâte à tartiner de légumes « le Jardin de Corentin ». Et bien c’est très bon ! Et frais ! Ça accompagne très bien tous les pique-niques. Il existe 5 ou 6 parfums à base d’artichauts, de carottes, de poireaux… et je ne me rappelle plus des autres mais tous ceux que j’ai testés étaient très bon. Les pots sont refermables donc c’est pratique dans le sac à dos et ils sont parfaits pour être réutilisés pour faire des crèmes dessert ou compotes individuelles ! On ne voit plus la liste d’ingrédient sur les pots que j’ai gardé mais c’est que du très sain et très simple.

Bref un bon plan a dégoter dans votre magasin bio.

Je ne touche aucune commission et je ne connais même pas les gens qui font ça…. mais si ils veulent me contacter :p

Sandwichs aux oeufs

Je vous parlais dans mon « menu du jour » d’une sauce pour les œufs. C’était en fait un sandwich aux œufs qui n’est pas arrivée au bout pour différentes raisons. Drôle de nom le « sandwich aux œufs », à qui viendrai l’idée de faire de l’œuf l’ingrédient principal d’un sandwich ? Et bien aux québécois pardi ! C’est même une recette de base chez eux, celle qui sort dans toutes occasions où il faut amener « un petit quelque chose à manger » : c’est un peu leur quiche lorraine ou leur cake jambon olive. Et en fait c’est bon !

Comme toutes les recettes de ce type, il y a des tas de variantes et loin de moi l’idée de vous présenter la « vrai recette officielle », ce ne serai pas mon genre. Il s’agit de mon adaptation personnelle avec en plus un ingrédient qui n’a pas ses habitudes dans la recette ancestrale : la carotte. Vous allez croire que j’en met partout… et vous aurez raison, surtout depuis que les carottes nouvelles sont de retour ! Là elles apportent fraicheur et croquant et se marie parfaitement avec le reste.

Ingrédients
2 œufs durs
4 (ou plus suivant la taille) tranches de pain de mie complet
1 oignon blanc frai ou 2 échalotes suivant la saison
1 bonne cuillerée à soupe de mayonnaise
1 bonne cuillerée à soupe de moutarde à l’ancienne
1/2 c. à café de piment doux
1/2 c. à café de curcuma
herbes de Provence et/ou ciboulette fraiche
sel et poivre
1 carotte


Faire cuire les œufs.

Hacher l’oignon. Retirer la coquille des œufs et les couper en tout petits morceaux (vous pouvez éventuellement les écraser à la fourchette).

Mélanger tous les ingrédients sauf le pain et les carottes. Assaisonner selon le gôut.

Faire griller le pain. Sur la moitié des tranches, déposer des lamelles de carotte (coupées à l’économe ou à la mandoline) puis le mélange aux œufs et refermer.

Vous pouvez éventuellement couper ces sandwichs en 2 ou 4 pour les partager.

Bon ap’

 

 

Biscuits aux lentilles

Aujourd’hui je vous présente « Croquez salé ! » de Cléa.

Croquez salé

Un super livre de recettes de biscuits salés dont un certain nombre sont passés dans mes « classiques », pour l’apéro, pour le plaisir et pour les pique-niques bien sûr ! Quoi de plus pratique qu’un biscuit salé pour le pique-nique ! C’est bon, facile à manger, ça ne salit pas les doigts et on peut éventuellement étaler des choses dessus (pâte à tartiner, fromage, pâté…).

Parmi les recettes que je fais le plus souvent les « craquelins aux lentilles vertes et aux graines de tournesol » : des ingrédients simples, rapide à réaliser et les 3 goûts se marient vraiment bien. Pour plus de simplicité j’ai légèrement adapté la recette et  je la nommerai « biscuits aux lentilles » car pour moi qui suis originaire de pas loin du Mont-Saint-Michel (celui de Normandie), les craquelins ça na rien à voir avec cela !

Ingrédients
60 g de lentilles vertes
60 g de graines de tournesol
60 g de farine T80
100 g de fromage de chèvre frais
une grosse pincée de sel

Mixer les lentilles et les graines de tournesol. Mélangez cette poudre à la farine et au sel.

Emiéttez le fromage de chèvre et ajoutez le au mélange. Pétrir et ajouter juste ce qu’il faut d’eau pour pouvoir former une boule (c’est à dire vraiment pas beaucoup).

Étalez finement sur une plaque de cuisson (chemisée si elle n’est pas en silicone) et couper des rectangles, ou des carrés ou des losanges ou alors d’autres formes plus créatives, avec un couteau à bout rond.

Enfournez pour 10 à 12 min à four chaud 200°C. Laissez refroidir sur une grille et, lorsque les biscuits sont froids, conservez-les dans une boîte hermétique.

Bon grignotage !