Onigiris au maquereau

Voici enfin une nouvelle recette. Je l’avais commencé au coeur de l’été mais la fin d’été et le début de l’automne sont pour moi des périodes très agitées. Le calme revenu, c’est le moment d’aller se promener dans les forêts qui commencent à prendre leurs couleurs dorées.

Encore un plat japonnais ! Mais celui est un incontournable : c’est le pique-nique de base au Japon. Rond ou triangulaire, c’est une boule de riz fourrée au saumon, au thon, à l’umebosis… ou a n’importe quoi d’autre. Là on commence simplement avec un ingrédient sorti du fond du placard : du maquereau en boîte. D’autres garnitures viendront surement !

Même problématique que les sushis : normalement ça se fait à la main mais… il faut un sacré coup de main ! Du coup on triche un peu, soit avec un moule fait exprès que l’on trouve dans la plus part des magasins asiatiques, soit avec 2 petits pots qui s’emboîtent (j’utilise des pots de tarama).

Onigiris au maquereau

Ingrédients :
– 125 g de riz à sushi
– 1 c. à café de vinaigre de cidre
– 1 c. à soupe de sauce soja
– 1 c. à café rase de sucre
– 30 g de sésame blond et noir
– 1 boîte de vos maquereaux préférés (la moutarde fait généralement l’unanimité)
– des feuilles de nori

mode opératoire

Quelques heures avant, cuire le riz façon sushi : laver le riz, l’égoutter. Le mettre dans une casserole et ajouter l’eau jusqu’à environ 1cm au dessus du niveau du riz. Cuire à couvert 5 min puis 12 min à découvert à feu très doux.

020_onigri1

Pendant la cuisson, faites dorer le sésame (à la poêle ou au four si il est allumé).

020_onigri2

Lorsque le riz est cuit, ajouter le vinaigre, le sucre, la sauce soja et le sésame toasté, mélanger. Laissez refroidir.

Confection des onigris

Ouvrez la boîte de maquereau.

Disposez un morceau de film alimentaire (assez grand pour emballer tout l’onigiri) dans la partie inférieure de votre moule (le pot n°1). Mettre un peu de sel. Mouillez-vous les mains et placez du riz dans le moule de façon à recouvrir le fond et les bords. Posez 1 ou 2 morceaux de maquereau dans le creux. Recouvrir de riz et refermer le film alimentaire sur l’ensemble. A ce stade l’onigiri est moitié plus grand que sa taille finale. Fermez votre moule ou placer le 2e pot dans le premier et tassez bien : plus vous tassez, plus c’est solide.

020_onigri3

Démoulez l’onigiri. Puis recommencez pour faire tous les onigiris.

Découper des morceaux d’algue nori que vous placerez sur les onigiri au moment de les manger (pas avant sinon ça ramolli): ils serviront à tenir l’onigiri pour le manger sans se salir les mains (et puis ça relève le goût).

020_onigri4

Bon ap’

Publicités

Matefaim poireaux carottes

Le matefaim vous connaissez ? C’est une spécialité rhonalpine qui porte assez bien sont nom : c’est simple et roboratif. Une crêpe épaisse dans la quelle on met les ingrédients de son choix. Là j’y ai mis du sarrasin, des poireaux et des carottes. Et oui les poireaux et les carottes, nos vieux amis de l’hiver. Ceux qui sont bien gentil, toujours là pour sauver la mise. On aimerai passer à autre chose mais quand tous les autres sont en vacances, eux, sont toujours présent et.. toujours bons !

Ingrédients:
– 125 g de farine de sarrasin
– 4 œufs
– 20 cl de lait de soja
– huile d’olive
– 1 carotte
– 1 poireau
– 1 échalote
– 1 grosse c. à soupe de moutarde
– 1 c. à soupe de mélange d’épices (moi j’ai mis du garam massala)
– poivre
– sel

Mode opératoire

017_1matefaim
Émincer le poireau et l’échalote et mixer grossièrement la carotte. Les faire revenir à la poêle avec le mélange d’épice et un peu d’huile d’olive.

017_2matefaim

Dans un saladier mettre la farine en puits. Ajouter les œufs et mélanger. Ajouter le lait petit à petit puis le sel, le poivre et la moutarde. Ajouter le poireau, la carotte et l’échalote cuite et mélanger.

Cuire ce mélange au crêpe party ou faire des petites galettes dans une poêle ou faire une grande galette en la cuisant au four 30 min à 180° dans un moule à gâteau.017_3matefaim

Transporter dans un sachet étanche. Vous pouvez l’accompagner d’une sauce de votre choix. Ça se congèle très bien pour des pique-niques improvisés.

Menu du jour : Matefaim

Menu du jour : MatefaimAujourd’hui au menu :
– des matefaims poireau/carotte > recette à venir
– de la pâte à tartiner aux poireaux
– de la sauce picalilly
– des chips de crevette
– du pan de higo
– des galettes de maïs au chocolat
– du « mélange de l’étudiant » maison

Finalement nous avons pris de la super charcuterie à la fruitière ce qui ajoute :
– du jambon aux herbes
– des « grelots » (mini-saucissons)
et du coup nous n’avons pas mangé la pâte à tartiner

Les plus :
– C’était super bon !
– bon équilibre

Les moins : je n’en voit pas…

Histoire de pomme

Aujourd’hui pas de recette mais l’étrange histoire de la pomme qui rentrait toujours chez elle…

PommeJe sais pas vous mais moi, au moment de finaliser mon sac de pique-nique, je me dit souvent « Il me faudrait un petit truc frais pour le dessert » et là mon regard se pose sur l’élément parfait du pique-nique : la pomme ! Bon, frais, qui résiste aux choques du sac à dos, avec des vitamines et pas trop de sucre, qui ne salit pas les doigts quand on la mange, pas besoin de l’éplucher… en plus d’août à avril, il y en a toujours une dans mon compotier ! Génial ! Je glisse le fruit dans mon sac à dos et part pour ma rando.
Le soir, retour de la balade, je déballe mon sac et là, qui je trouve dedans : ma pomme ! Elle à un peu moins bonne mine que le matin mais ça va quand même pas trop mal, je la remet donc dans le compotier.
Disons que cette scène avait lieu un samedi et que je reparte en randonné le dimanche. Et hop la pomme retourne dans le sac à dos. Je rentre le soir et…. hop, elle revient dans le compotier !
Pourquoi donc ? Et bien je ne sais pas moi même comment ça se fait, mais, en montagne, je n’ai jamais envie de manger la pomme qui était pourtant si appétissante chez moi…

Et voilà comment elle a beau être le meilleur élève de sa classe, la pomme est touchée d’une terrible malédiction et n’a jamais la chance d’être déguster en haut d’une montagne. Elle finira rappée dans ma mixture de petit déjeuner ou en crumble… Ce qui n’est pas mal non plus après tout !

Et vous, vous mangez des pommes en pique-nique ?

Gâteau de crêpes

Aujourd’hui, un pique-nique qui à du style : le gâteau de crêpes. C’est joli, ça à un air sophistiqué, mais pour peu que vous ayez fait une crêpe party la veille et que vous ayez une pâte à tartiner aux légumes sous la main, c’est fait en 3 minutes !

Ingrédients :
– 6 mini-crêpes (format crêpe party, sinon des quarts de crêpe normale)*
– 2 c. à soupe de pâte à tartiner aux légumes par exemple à la carotte**
– 2 c. à soupe de fromage frais de chèvre
– 1 (petite) c. à café de miso

Empilez le tout comme ça :

Emballez dans du film alimentaire, pressez avec la main et mettre au frais quelques heures.

Lorsque vous le déballerez fièrement au moment de le manger, coupez en part : c’est plus pratique à manger et c’est très joli !

Bon ap’

* chacun a sa recette de crêpes parfaite, la mienne : pour 1 oeuf, 100g de farine, 200 ml de lait, un filet d’huile et une bonne rasade de bière si j’en ai sous la main. En version sans lait sans gluten remplacer par 90g de farine de riz et 200 ml de lait de riz.

** c’est vrai que ne vous ai pas encore vraiment présenté « Mes pâtes à tartiner sucrées et salées » de Cléa… En attendant des recettes ici : http://www.cleacuisine.fr/category/tartinades/ ou sinon mixer une carotte, 2 cuillères à soupe de graines de courge toastées, 2 cuillères à soupe de faisselle de chèvre (ou fromage frais + yaourt), sel, ail et paprika