Matefaim poireaux carottes

Le matefaim vous connaissez ? C’est une spécialité rhonalpine qui porte assez bien sont nom : c’est simple et roboratif. Une crêpe épaisse dans la quelle on met les ingrédients de son choix. Là j’y ai mis du sarrasin, des poireaux et des carottes. Et oui les poireaux et les carottes, nos vieux amis de l’hiver. Ceux qui sont bien gentil, toujours là pour sauver la mise. On aimerai passer à autre chose mais quand tous les autres sont en vacances, eux, sont toujours présent et.. toujours bons !

Ingrédients:
– 125 g de farine de sarrasin
– 4 œufs
– 20 cl de lait de soja
– huile d’olive
– 1 carotte
– 1 poireau
– 1 échalote
– 1 grosse c. à soupe de moutarde
– 1 c. à soupe de mélange d’épices (moi j’ai mis du garam massala)
– poivre
– sel

Mode opératoire

017_1matefaim
Émincer le poireau et l’échalote et mixer grossièrement la carotte. Les faire revenir à la poêle avec le mélange d’épice et un peu d’huile d’olive.

017_2matefaim

Dans un saladier mettre la farine en puits. Ajouter les œufs et mélanger. Ajouter le lait petit à petit puis le sel, le poivre et la moutarde. Ajouter le poireau, la carotte et l’échalote cuite et mélanger.

Cuire ce mélange au crêpe party ou faire des petites galettes dans une poêle ou faire une grande galette en la cuisant au four 30 min à 180° dans un moule à gâteau.017_3matefaim

Transporter dans un sachet étanche. Vous pouvez l’accompagner d’une sauce de votre choix. Ça se congèle très bien pour des pique-niques improvisés.

Publicités

Menu du jour : Matefaim

Menu du jour : MatefaimAujourd’hui au menu :
– des matefaims poireau/carotte > recette à venir
– de la pâte à tartiner aux poireaux
– de la sauce picalilly
– des chips de crevette
– du pan de higo
– des galettes de maïs au chocolat
– du « mélange de l’étudiant » maison

Finalement nous avons pris de la super charcuterie à la fruitière ce qui ajoute :
– du jambon aux herbes
– des « grelots » (mini-saucissons)
et du coup nous n’avons pas mangé la pâte à tartiner

Les plus :
– C’était super bon !
– bon équilibre

Les moins : je n’en voit pas…